JAPON - SIXIÈME COURONNE POUR LE TYPHON MERCEDES

13/10/2019

L'écurie Mercedes a obtenu son 6e titre constructeurs, une performance inédite dans l'histoire de la Formule 1, grâce à la victoire de Valtteri Bottas et la 3e place de Lewis Hamilton au Japon. Encore des difficultés pour Ferrari, malgré la pole et la 2e place de Sebastian Vettel.

 

 

 

Le Japon est cette année le pays du rugby avec la Coupe du Monde qui s’y déroule depuis deux semaines. Mais au mois d’octobre, c’est également la saison des typhons. A cause de l’arrivée des vents et des pluies du géant Hagibis – nom du typhon qui s'est dirigé vers la capitale Tokyo - le dernier match de poule France-Angleterre a été annulé ainsi que les qualifications du Grand Prix se tenant à Suzuka. Une décision inédite : c’est la 5e fois en Formule 1, et la 3e fois au Japon, que les séances qualificatives sont reportées au dimanche, le même jour que la course.

 

Résultats, à 10 h du matin dimanche (heure locale, 3 h en France !), les 20 monoplaces s’élançaient pour obtenir les meilleures places pour l’épreuve de l’après-midi, et c’est étonnamment Sebastian Vettel qui a été le plus fort à ce jeu-là. Une pole position inattendue, tout comme le doublé en première ligne pour l’écurie au cheval cabré. Les Mercedes ont été reléguées au deuxième rang, suivies par les deux Red Bull. Robert Kubica et Kevin Magnussen sont sortis en Q1 dans le dernier virage et partent respectivement de la voie des stands et de la 19e place.

 

 

Des enquêtes sur les Ferrari qui posent question

 

Seulement 4 heures après les qualifications, le Grand Prix du Japon commence sous le soleil avec un très mauvais départ des Ferrari, qui restent scotchées à leur emplacement à l’extinction des feux. Valtteri Bottas, 3e, en profite et dépasse les deux monoplaces rouges, son coéquipier Lewis Hamilton ne prenant que l’avantage sur Charles Leclerc.

 

Le Monégasque lui ne maintient pas assez sa voiture dans le virage n°2, ferme la porte à Max Verstappen et les deux pilotes se percutent. Le Néerlandais sort dans l’herbe et doit abandonner une dizaine de tours après. Après avoir été ignoré, l’accrochage est finalement sous enquête, dont les conclusions seront données après la course. La Ferrari rentre au stand, change son aileron, et perd son rétroviseur gauche. Les débris envolés ont même arraché le rétro droit de la Mercedes de L. Hamilton, qui a aussi légèrement touché la McLaren de Carlos Sainz.

 

 

Derrière, de nombreux pilotes ont profité des évènements des premiers tours : la Racing Point de Sergio Pérez atteint la 11e place après être partie de la 17e, la Renault de Nico Hülkenberg 10e, Pierre Gasly et sa Toro Rosso 6e. Alors 2e, S. Vettel, perdant du 1er tour, est également sous enquête pour avoir avancé de quelques centimètres avant le départ. Les commissaires estiment pourtant que l’Allemand ne doit pas être pénalisé.

 

Mercedes vers un doublé ?

 

Rentrée au stand de justesse au 16e tour pour le quadruple champion du monde qui bloque ses roues, et qui prévoit d’effectuer deux arrêts, tout comme son équipier. Les Mercedes, alors en tête, doivent calquer les stratégies pour empêcher les Rouges de revenir. Alexander Albon maintient lui sa 4e place devant les McLaren.

 

Au 27e tour, S. Pérez continue sa remontada en prenant la 10e place de la Toro Rosso du Russe Daniil Kvyat. Sur l’autre Toro Rosso, P. Gasly est bien mieux classé, 6e, juste devant Lance Stroll. Mais C. Leclerc revient dans les points peu à peu et dépasse le Français au 35e tour. V. Bottas est largement en tête du Grand Prix avec plus de 15 secondes d’avance sur L. Hamilton. Mais avec son 2e arrêt, le Finlandais se retrouve 2e.

 

Il s’inquiète justement à 14 tours de la fin. « Lewis va-t-il bien s’arrêter une seconde fois ? » On le rassure, oui, ce passage au box arrivera bientôt. Cela se passe au 42e tour, en 3 secondes 1, et S. Vettel prend la 2e place, avec des gommes déjà usées. 

 

 

6e couronne pour Mercedes !

 

Au 46e tour, de la 3e à la 9e place, on retrouve 6 écuries différentes, ce qui rend le classement un peu plus diversifié que d’habitude. C. Leclerc rentre finalement une troisième et dernière fois au stand pour tenter le point du meilleur chrono depuis sa 6e place. L’autre Ferrari, 2e, est sous la menace de L. Hamilton, avec des gommes bien moins dégradées.

 

La Mercedes n’était plus qu’à 5 dixièmes de S. Vettel dans les 5 derniers tours, mais n’a pu amorcer aucune tentative pour prendre la 2e place du podium. V. Bottas remporte alors ce Grand Prix du Japon, sa troisième victoire de la saison et sa 100e arrivée dans les points, devant S. Vettel, L. Hamilton, A. Albon et C. Sainz. Les Mercedes s’octroient en même temps le titre constructeurs, leur 6e couronne consécutive, un record en 70 ans de F1. D. Ricciardo 7e et N. Hülkenberg 9e ramènent pour Renault 8 points du Japon.

 

 

Les McLaren et A. Albon s’approchent de course en course d’un potentiel podium, avec leurs 4e et 5e places régulières, mais ce n'est pas encore pour cette fois. S. Pérez, qui allait repartir avec un point de Suzuka avant de se crasher dans le dernier tour juste après son dépassement sur P. Gasly, attendra de pied ferme ses adversaires pour mieux faire lors de son Grand Prix national au Mexique dans deux semaines.

 

CLASSEMENT COURSE : V. Bottas (Mercedes) – S. Vettel (Ferrari) – L. Hamilton (Mercedes, +1) – A. Albon (Red Bull) – C. Sainz (McLaren) – C. Leclerc (Ferrari) – D. Ricciardo (Renault) – P. Gasly (Red Bull) – N. Hülkenberg (Renault) – L. Stroll (Racing Point)

 

CLASSEMENT PILOTES : L. Hamilton (337) – V. Bottas (274) - C. Leclerc (223)

CLASSEMENT CONSTRUCTEURS : Mercedes (CHAMPIONNE, 611) – Ferrari (435) – Red Bull (323)

 

BONUS : Le Grand Prix du Japon 2014, avec l'accident d'Adrian Sutil suivi de celui de Jules Bianchi (non diffusé), qui entraînera le décès plusieurs mois après du pilote français.

 

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now