SINGAPOUR - ENFIN UNE POUR VETTEL

22/09/2019

 

Sebastian Vettel a remporté le Grand Prix de Singapour devant son coéquipier Charles Leclerc grâce à une stratégie dictée par ses ingénieurs. Les Mercedes terminent 4e et 5e. 

 

Charles Leclerc. Son nom est sur toutes les lèvres depuis le début de la saison. Et ce week-end de Grand Prix à Singapour, sur la Marina Bay, ne fait pas exception. Pour sa première année avec Ferrari, il signe sa 5e pole position sur le circuit asiatique, la troisième consécutive.

 

Une régularité et des performances de haut niveau impressionnantes, puisqu’il termine les qualifications une 8e fois devant son coéquipier Sebastian Vettel, classé 3e. Mais l'Allemand n'avait pas dit son dernier mot.

 

VETTEL, STRATÈGE ET PREMIER

 

Une extinction des feux nocturne extrêmement rapide sur le circuit de Singapour dimanche qui ne surprend pas C. Leclerc. Le Monégasque part en tête et L. Hamilton, 2e sur la grille, ne perd pas de temps pour le poursuivre. Nico Hülkenberg et Carlos Sainz se touchent et doivent rentrer au box pour changer quelques éléments sur leurs monoplaces. Même chose pour la Williams de George Russell, qui a endommagé son aileron avant.

 

Au 10e tour, Daniil Kvyat perd deux positions face à la Renault de Daniel Ricciardo et la Racing Point de Lance Stroll. C. Leclerc prend lui 2 secondes d’avance sur L. Hamilton et semble déjà se diriger vers la victoire. Mais le vent tourne très vite pour la Ferrari : S. Vettel et M. Verstappen passent au stand à la fin du 19e tour. Et c’est une bonne stratégie pour le quadruple champion du monde, puisqu’après l’arrêt de C. Leclerc, l’Allemand se retrouve devant lui ! S. Vettel tient donc virtuellement la tête du Grand Prix.

 

Désillusion pour L. Hamilton qui est contraint de continuer les tours chrono, malgré l’usure de ses gommes, pour espérer conserver une place sur le podium. Il perd tellement de temps que les ingénieurs du team demandent à son partenaire, V. Bottas, alors 6e, de ralentir le rythme pour ne pas rattraper son coéquipier. Consigne inédite mais respectée par le Finlandais qui, au 27e tour, reste derrière L. Hamilton.

 

 

SAFETY CAR AUX 37e ET 43E TOURS

 

Alors que tous les pilotes ne sont pas encore passés au garage, voilà le classement avant la mi-course. Antonio Giovinazzi, pour peu de temps, se place 1er, juste devant Pierre Gasly et Daniel Ricciardo. S. Vettel, L. Stroll et C. Leclerc complètent le top 6, suivis par Max Verstappen et les Mercedes.

 

Les pilotes leader entament leur remontée : S. Vettel a failli toucher P. Gasly au 30e tour. D’autres essaient de batailler, mais pour de malheureuses places : alors 19e et 20e, G. Russell et R. Grosjean se touchent à la sortie d’un virage. La Williams ne peut pas repartir et la safety car est déployée au 36e passage.

 

La course à Singapour est relancée 4 boucles plus tard par S. Vettel et C. Leclerc qui donnent tout de suite le ton. Les Mercedes partent à la chasse de M. Verstappen, le Néerlandais étant 3e. Coup dur ensuite pour les Racing Point : d’abord avec L. Stroll qui se fait passer par P. Gasly à la porte des points, puis la monoplace rose touche le mur et passe au stand ; puis Sergio Pérez abandonne entre les secteurs 2 et 3. Nouvelle voiture de sécurité, restart au 48e tour … puis abandon de K. Räikkönen, safety car, et dernier restart au 52e tour.

 

 

VETTEL : 1 VICTOIRE EN 1 AN

 

Les derniers kilomètres de ce Grand Prix ont été le théâtre de quelques dépassements ne comptant pas pour les points. K. Magnussen a laissé passer ses adversaires, termine 17e et dernier de la course mais s'adjuge le meilleur chrono de la course et se contente donc d'une unité. Les Français ont un bilan en demi-teinte : R. Grosjean finit 11e, P. Gasly 8e.

 

S. Vettel, que l'on n'attendait pas ce dimanche, remporte le Grand Prix de Singapour, et sa première course en 2019, au bout de quasiment deux heures. Il termine deux secondes et demi devant C. Leclerc, ce qui fait le premier 1-2 pour Ferrari depuis le Grand Prix de Hongrie 2017. L. Hamilton et V. Bottas terminent 4e et 5e, suivis par A. Albon et L. Norris, qui ont une fois de plus assurer leurs positions au volant de leurs modestes Toro Rosso et McLaren.

 

L'Allemand de Ferrari a été nommé pilote du jour, mais il se réveille certainement trop tard au cours de la saison pour espérer rejoindre la tête du championnat pilotes. Néanmoins, il peut encore prouver qu'il en a sous le pied, et ce, dès la prochaine épreuve, dans une semaine, sur le circuit de Sotchi. 

 

 

CLASSEMENT COURSE: S. Vettel (Ferrari) - C. Leclerc (Ferrari) - M. Verstappen (Red Bull) - L. Hamilton (Mercedes) - V. Bottas (Mercedes) - A. Albon (Toro Rosso) - L. Norris (McLaren) - P Gasly (Toro Rosso) - 

 

CLASSEMENT PILOTES: L. Hamilton (296) - Bottas (231) - C. Leclerc (200) - M. Verstappen (200)

CLASSEMENT CONSTRUCTEURS: Mercedes (527) - Ferrari (394) - Red Bull (289)

 

BONUS : Si la FIA décidez de mettre en place une course qualificative ? Les pilotes n'en seraient pas ravis, et ils le font savoir : https://www.lequipe.fr/Formule-1/Actualites/Une-course-pour-determiner-la-grille-de-depart-d-un-grand-prix/1061664

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now