BAHREÏN : LECLERC TRAHI PAR SA BATTERIE

31/03/2019

Lewis Hamilton remporte le Grand Prix du Bahreïn après la désillusion de Charles Leclerc victime d'un problème sur sa Ferrari en fin de course. Il finit 3e. Valtteri Bottas prend la deuxième place.

 

 

Les Ferrari ont dominé toutes les séances d'essais et de qualifications à Sakhir en territoire qatari. Et c'est Charles Leclerc qui a été le meilleur : pour seulement sa deuxième pige avec l'écurie italienne, il a décroché la pole position, trois dixièmes devant son coéquipier Sebastian Vettel. Il devient le 99e poleman de l'histoire de la Formule 1.

 

Il relègue au second rang les Mercedes de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, suivies par le Néerlandais Max Verstappen et la Haas de Kevin Magnussen. Romain Grosjean, pénalisé, part lui de la 11e position.

 

Le petit prince retrouve vite sa place

 

Ce fut un départ difficile pour le poleman. S. Vettel l’a rapidement dépassé, puis V. Bottas en a profité. Mais le Finlandais a fait une petite erreur au début du troisième tour, ce qui a permis à C. Leclerc de remonter 2e. De leur côté, la Haas de Romain Grosjean et la Racing Point de Lance Stroll se sont touchées, comme Max Verstappen et Carlos Sainz, victime d’une crevaison. Partis 17e et 10e, Nico Hülkenberg et Daniel Ricciardo ont atteint respectivement les 6e et 8e places.

 

Max Verstappen, 5e, fait un arrêt rapide au 11e tour, alors que son coéquipier sur l’autre Red Bull Pierre Gasly y a passé un peu plus de temps. Daniil Kvyat part en tête-à-queue après une touchette avec l’Italien Antonio Giovinazzi alors que V. Bottas s’arrête au stand. M. Verstappen le dépasse grâce au jeu des arrêts mais perd sa place quelques kilomètres plus loin. C. Leclerc et L. Hamilton passent au puits en même temps à la fin du 13e tour. L’Anglais parvient à prendre le meilleur sur S. Vettel et retrouve sa place de départ.

 

La crevaison subie par la Haas de R. Grosjean en début de course contraint le Franco-Suisse à abandonner avant le tiers de l’épreuve. Pour Toro Rosso, 5 secondes de pénalité sont infligées à D. Kvyat, qui est 15e. C. Leclerc garde la tête, et creuse l’écart à 4 secondes et demi devant le quintuple champion du monde.

 

 

Nouvelle erreur pour Vettel

 

« Mes pneus sont morts. » L. Hamilton prévient son équipe, et c’est assez tôt dans la course. S. Vettel se rapproche alors peu à peu au 22e passage grâce au DRS, et finit par dépasser son rival au tour suivant. Les Ferrari sont les leaders, commencent à prendre un tour aux retardataires. V. Bottas, 4e, est à plus de 16 secondes de la tête.

 

Quelques batailles ont lieu derrière, avec un DRS qui semble plus performant que d’habitude : le vice-champion de F2 Lando Norris prend la 7e place du vétéran K. Räikkönen ; D. Ricciardo, après son arrêt, est à la porte des points, 11e, après être passé devant le Danois K. Magnussen.

 

Au 32e tour, les seconds arrêts au stand ont commencé et n’ont que peu modifié le classement. S. Vettel est ressorti devant un L. Hamilton à l’attaque. Sa deuxième tentative est la bonne, et l’Allemand part en tête-à-queue, une erreur de débutant qui rappelle les nombreuses erreurs de l’année dernière du pilote Ferrari. Il a abîmé ses gommes, son aileron avant s’est complètement explosé, et il a dû se rendre une troisième fois au stand. Il est alors 8e au 40e tour.

 

 

Leclerc à dix tours d’entrer dans la cour des grands

 

S. Vettel doit donc s’employer pour remonter un maximum de positions dans les 17 dernières boucles de ce Grand Prix. Il passe la deuxième Renault de N. Hülkenberg au 43e tour, alors que C. Leclerc reste premier, loin devant. Le Monégasque signale tout à coup quelque chose « d’étrange avec le moteur » à ses ingénieurs, et il s’inquiète. « What’s happening ? » Il perd plusieurs secondes, ce qui laisse de l’espoir à L. Hamilton.

 

  

La batterie de recharge de la Ferrari ne fonctionne plus. Au 48e tour, L. Hamilton n’est plus qu’à quelques dixièmes. Un coup dur pour le Monégasque, qui voit la Flèche d’argent passer et s’éloigner jusqu’à la fin de course. Impossible pour la Ferrari de rouler à plus de 250 km/h.

 

C’est donc L. Hamilton qui remporte le Grand Prix de Bahreïn, alors qu’il partait 3e. Ferrari aurait pu faire la bonne affaire après un week-end presque parfait, mais C. Leclerc termine difficilement 3e, et S. Vettel 5e. V. Bottas prend la 3e place. A noter du côté français la 8e place de Pierre Gasly et l'abandon tragique des deux Renault coup sur coup en toute fin de course sur problème moteur.

 

 

Le rêve du petit prince de Ferrari Charles Leclerc avait bien commencé. Il sera peut-être accompli lors du 1000e Grand Prix de l’histoire de la Formule 1, dans deux semaines, le 14 avril, en Chine.

 

CLASSEMENT COURSE : L. Hamilton (Mercedes) - V. Bottas (Mercedes) - C. Leclerc (Ferrari) - S. Vettel (Ferrari) - L. Norris (McLaren) - K. Räikkönen (Alfa Romeo) - P. Gasly (Red Bull) - A. Albon (Toro Rosso) - S. Pérez (Racing Point)

 

CLASSEMENT PILOTES : V. Bottas (45) - L. Hamilton (43) - M. Verstappen (27)

CLASSEMENT ÉCURIES : Mercedes (88) - Ferrari (49) - Red Bull (31)

 

BONUS : Un reportage de Canal+ sur Charles Leclerc

 

 

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now