ITALIE - MERCEDES LA STRATÈGE

02/09/2018

Malgré une inédite première ligne 100% Ferrari à Monza, c'est Hamilton qui a remporté le Grand Prix d'Italie, devant Kimi Räikkönen et Valtteri Bottas.

 

Le travail d'équipe a primé chez Mercedes aujourd'hui: l'écurie allemande a demandé à V. Bottas de ralentir K. Räikkönen pour laisser revenir L. Hamilton. /PHOTO Compte Instagram MercedesAMGF1

 

Le vol plané de la monoplace de Fernando Alonso à Spa a fait des émules à Monza dès les essais du vendredi. En pleine ligne droite, Marcus Ericsson a complètement perdu le contrôle de sa monoplace, envoyée à haute vitesse contre les barrières de sécurité. La cause: un DRS resté ouvert au moment du freinage au premier virage, ce qui lui est déjà arrivé cette année. Une figure de style, plusieurs tonneaux, dont le pilote Sauber est sorti heureusement indemne.

 

 

Côté qualifications, Ferrari a impressionné. Alors que l'on s'attendait à une ultra domination du moteur des Mercedes, Kimi Räikkönen a mis tout le monde d'accord en s'octroyant la pole et le record du tour le plus rapide de l'histoire de la Formule 1 en 1'19''119. Juste devant Sebastian Vettel, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas.

 

Les trois Français se qualifient aussi dans le top 10, avec le meilleur d'entre eux, Romain Grosjean, 6e, rejoints par la Williams de Lance Stroll 10e. Daniel Ricciardo démarre 19e à cause d'une pénalité mécanique et Nico Hülkenberg de la dernière place suite au crash provoqué en Belgique.

 

C'est de bonne guerre

 

Ferrari n'a plus gagné en Italie depuis 2010 et les quatre dernières éditions du Grand Prix local ont été menées sur tous les tours par des Mercedes. La pression pour Iceman en pole et son coéquipier allemand 2e, qui est attaqué par L. Hamilton dans les premiers virages. Touchette entre les deux rivaux, S. Vettel en tête-à-queue. 50/50 ? Jugez par vous-même.

 

 

Une course déjà ruinée pour celui qui a un peu de retard au championnat et qui doit changer d'aileron avant. Et la voiture de sécurité entre en piste suite à l'abandon prématuré de Brendon Hartley, pris en sandwich entre M. Ericsson et Stoffel Vandoorne. Restart hésitant au 4e tour de K. Räikkönen qui tient la tête. Max Verstappen a pris la 3e place.

 

Les tifosi compensent avec les multiples luttes sur l'Autodromo Nazionale di Monza, où il est plus facile qu'ailleurs de dépasser. L. Hamilton passe K. Räikkönen qui reprend sa place quelques mètres plus loin, Carlos Sainz est obligé de couper le premier virage après une tentative sur R. Grosjean, Sergio Pérez touche la Haas de Kevin Magnussen, avec quelques débris de carbone dans l'air. De leur côté, S. Vettel et D. Ricciardo entament leur longue remontée. Fernando Alonso abandonne au 9e tour, furieux des performances de sa McLaren.

 

La stratégie Mercedes se met en place

 

L. Hamilton est à une seconde seulement de K. Räikkönen mais, tout en conservant le rythme pendant de nombreux tours avec le DRS et l'aspiration, l'Anglais ne parvient pas à trouver d'ouverture sur le Finlandais. Alors les stratèges de Mercedes s'activent et donnent le maximum pour trouver la faille.

 

D'abord, les mécaniciens sont sortis plusieurs fois pour feinter Ferrari, et peut-être même pour gêner quelque peu l'arrêt de K. Räikkönen au 20e tour, puisque le premier garage de la pitlane est celui de Mercedes. Ça ne suffira pas. 

 

Tandis qu'Esteban Ocon et K. Räikkönen signale quelques gouttes de pluie hyper localisées sur une extrémité du circuit, Daniel Ricciardo part en fumée et conclut un deuxième week-end cauchemardesque. Mercedes laisse en piste V. Bottas afin de ralentir la Ferrari et donner au leader du championnat la chance de revenir. Une tactique qui fonctionne, bien que L. Hamilton ne trouve pas encore d'ouverture. S'étant arrêtée plus tôt, la Ferrari a usé davantage ses gommes ... Pendant ce temps, S. Vettel passe C. Sainz pour le gain de la 7e place.

 

"Honey Badger (le ratel, un animal d'Inde et d'Afrique, que l'on retrouve sur le casque de D. Ricciardo) s'est durement battu mais s'est arrêté en piste après 25 tours et a dû se retirer de la course."

 

Hamilton égale encore un record de Schumacher

 

On ne s'intéresse véritablement qu'à la tête de course pendant ce Grand Prix, car l'enjeu est grand. K. Räikkönen n'a pas gagné une course depuis l'Australie en 2013. 108 courses sans victoire ... Mais ce que nombreux espèrent n'arrivera pas, certainement à cause de ses pneus de plus en plus marqués et usés.

 

L. Hamilton prend le contrôle du Grand Prix en venant à bout du Finlandais au 45e tour, soit moins de dix boucles avant la fin. L'Anglais prend déjà une seconde d'avance et K. Räikkönen ne peut rien faire. Tellement qu'en fin de course il est dépassé par une Williams, quoi que la Ferrari reste combative et la re-dépasse aussitôt. 

 

 

Derrière, V. Bottas et M. Verstappen sont en lutte acharnée, avant que le Néerlandais n'abuse des extrémités de la piste pour y envoyer V. Bottas. Slaloms pour la Mercedes, et cinq secondes de pénalité pour la Red Bull, ce qui laissera V. Bottas 3e et S. Vettel remonter au pied du podium pour inscrire 12 points.

 

Romain Grosjean termine là où il a commencé, 6e, avant d'être déclassé suite au non-respect du règlement technique après une inspection après l'épreuve. Belle opération pour Williams: arrivé 11e, Serguey Sirotkin (Williams) hérite de la dixième place et inscrit son premier point de la saison, aux côtés de son coéquipier Lance Stroll 9e.

 

"Wow... Je ne l'oublierai jamais. Nous l'avons fait ensemble. Pour les fans, vous êtes resté grand, fort

et brillant dans toute la négativité qui nous a entourés aujourd'hui. Nous grandissons ensemble. Pour mon équipe, je serai toujours reconnaissant de leur imagination et de leur passion.

Nous n'abandonnerons jamais."

 

L. Hamilton a remporté une 5e édition du Grand Prix d'Italie devant K. Räikkönen, dont c'est le 100e podium, et V. Bottas, qui l'a bien aidé. Il égale un nouveau record: le même nombre de victoires que Michael Shumacher dans le pays de Ferrari. Il a 30 points d'avance au championnat. Tout va pour le mieux pour le quadruple champion du monde. La lutte des leaders continue à Singapour dans deux semaines.

 

CLASSEMENT COURSE: L. Hamilton (Mercedes) - K. Räikkönen (Ferrari) - V. Bottas (Mercedes) - S. Vettel (Ferrari) - M. Verstappen (Red Bull) - E. Ocon (Racing Point) - S. Pérez (Racing Point) - C. Sain (Renault) - L. Stroll (Williams) - S Sirotkin (Williams)

 

CLASSEMENT PILOTES: L. Hamilton (256) - S. Vettel (226) - K. Räikkönen (164)

CLASSEMENT CONSTRUCTEURS: Mercedes (415) - Ferrari (390) - Red Bull (249)

 

TOP: L. Hamilton

FLOP: D. Ricciardo

BONUS: Ce looping d'Emerson Fittipaldi à l'arrivée du Grand Prix d'Italie 1993 est extraordinairement stylé.

 

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now