CHINE - KUNG-FU RED BULL

15/04/2018

Daniel Ricciardo a remporté la 6e victoire de sa carrière à Shanghai au terme d'un Grand Prix très disputé. Max Verstappen, lui, a été pénalisé pour une attaque non-maîtrisée sur Sebastian Vettel.

 

Daniel Ricciardo est parti de la 6e place sur la grille : comme pour sa première victoire en Formule 1, au Canada, en juin 2014 - Compte Instagram de RedBullRacing 

 

Il a failli rater son samedi. Victime d'un incendie sur le moteur Renault de sa Red Bull durant la dernière séance d'essais libres, Daniel Ricciardo ne peut que remercier ses mécaniciens : ils ont pu monter un nouveau groupe propulseur juste avant la Q1. Un travail efficace qui a permis à l'Australien de décrocher le 6e temps de la dernière partie des qualifications.

 

Au premier rang, et pour la deuxième fois consécutive, Sebastian Vettel et Kimi Räikkonen ont aligné leurs deux Ferrari, séparées d'une poignée de millièmes. On retrouve juste derrière les Mercedes du Finlandais Valtteri Bottas - dont c'est le 100e Grand Prix - et du quadruple champion du monde Lewis Hamilton. Max Verstappen démarre lui 6e derrière son coéquipier. L'Allemand Nico Hülkenberg et sa Renault obtiennent pour la sixième fois d'affilée le 7e chrono de la Q3.

 

Daniel Ricciardo est sorti du garage Red Bull à trois minutes de la fin de la Q1.

 

Calme à l'avant, bataille à l'arrière

 

Dès le départ, c'est S. Vettel qui impose la cadence. Il tasse un peu son coéquipier, et V. Bottas en profite et passe 2e. K. Räikkönen se retrouve 4e, dépassé aussi par M. Verstappen. Plus loin, le pilote Williams Lance Stroll performe: parti de la 18e place, il se retrouve rapidement 12e.

 

Alors que les leaders soignent leur pilotage, des dépassements ont lieu derrière. La Toro Rosso de Pierre Gasly prend la 18e place de son équipier néo-zélandais Brendon Hartley au 5e tour. Kevin Magnussen en fait de même peu après sur Romain Grosjean pour la 9e position, bien qu'ils soient sur des stratégies différentes. Le Français voit dans ses rétroviseurs se rapprocher un bolide orange: c'est Fernando Alonso et sa McLaren.

 

Les premiers arrêts au box arrivent tôt, à la fin du 12e tour, avec Carlos Sainz et Sergio Pérez dans la pitlane. Les mécaniciens de Red Bull se font remarquer une nouvelle fois ce week-end: ils enchaînent en moins de dix secondes les deux changements de pneumatiques de M. Verstappen et D. Ricciardo au tiers de la course.

 

Incompréhension chez Toro Rosso

 

S. Vettel maîtrisait la course jusqu'à son passage au stand. V. Bottas, qui s'est arrêté un tour avant, a bénéficié de la fraîcheur de ses pneus pour être plus rapide et prendre le contrôle virtuel du Grand Prix au 21e passage. Virtuel, car K. Räikkönen a été sacrifié par son équipe et est resté longtemps en piste à la première place pour contenir la Mercedes, afin de laisser le temps à S. Vettel de revenir.

 

30 kilomètres plus tard, V. Bottas dépasse K. Räikkönen et mène la course. C'était sans compter sur l'incident de course provoqué par l'accrochage des deux Toro Rosso. Alors loin du top 10, le Français Pierre Gasly - 4e la semaine dernière à Bahreïn - pensait que Brendon Hartley lui laissait suffisamment de place pour le dépasser, étant sur un plan de course différent.

 

Erreur de débutant sans doute: il percute l'arrière-gauche de la Toro Rosso et laisse des débris sur la piste. 10 secondes de pénalité pour le Français. Voiture de sécurité deployée. Les écarts se resserrent. V. Bottas n'est pas rassuré.

 

 Brendon Hartley abandonnera dans les derniers tours, Pierre Gasly terminera 18e

 

Red Bull en mode attaque

 

Nouveau double-arrêt réussi pour Red Bull: D. Ricciardo est 6e, M. Verstappen 4e. La safety car relâche la meute au 36e tour. Il n'en reste plus que vingt pour atteindre le podium. C'est ce que tente, de manière un peu trop gourmande, le Néerlandais sur L. Hamilton, trois tours plus tard. Le pilote Red Bull doit couper dans l'herbe et laisser passer D. Ricciardo qui a mis à l'écart K. Räikkönen.

 

Deuxième au championnat pilotes, L. Hamilton doit s'accrocher ce dimanche pour marquer des points. Il s'est beaucoup plaint de la température de ses pneus, notamment lors des tours sous safety car. Il ne pourra rien faire contre les attaques incisives des deux pilotes Red Bull. 

 

Comme un boulet de canon, D. Ricciardo enchaîne: il passe S. Vettel, puis prend la première place de V. Bottas au 45e tour. L'Australien a gagné 6 places depuis le départ. Entre ces deux dépassements, son coéquipier a probablement activé le mode ninja de sa Red Bull et a harponné l'Allemand de Ferrari à dix tours de la fin. Cette attaque incontrôlée lui vaudra dix secondes de pénalité sur son chrono final: arrivé 4e, il sera classé 5e. S. Vettel, en difficulté, doit se contenter lui de la 8e place, dépassé dans l'avant-dernier tour par la McLaren de F. Alonso.

 

Daniel Ricciardo se réjouit au drapeau à damier d'une victoire complètement inattendue. C'est souvent le cas avec l'Australien: au vu de ses résultats, il doit partir hors du top 3 pour remporter un Grand Prix. V. Bottas, 2e, aurait pu gagner cette course sans l'accrochage des Toro Rosso. K. Räikkönen, 3e, limite les dégâts de Ferrari, bien que les Rouges passent 2e au classement constructeurs, devancés d'une seule unité par les Flèches d'argent.

 

Rendez-vous dans deux semaines en Azerbaïdjan pour suivre la bataille des trois écuries de pointe.

 

CLASSEMENT COURSE: D. Ricciardo (Red Bull) - V. Botttas (Mercedes) - K. Räikkönen (Ferrari) - L. Hamilton (Mercedes) - M. Verstappen (Red Bull) - N. Hülkenberg (Renault) - F. Alonso (McLaren) - S. Vettel (Ferrari) - C. Sainz (Renault) - K. Magnussen (Haas)

 

CLASSEMENT PILOTES: S. Vettel (54) - L. Hamilton (45) - V. Bottas (40)

CLASSEMENT CONSTRUCTEURS: Mercedes (85) - Ferrari (84) - Red Bull (55)

 

TOP: D. Ricciardo

FLOP: S. Vettel

BONUS: La première victoire de D. Ricciardo au Grand Prix du Canada en 2014

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now