2018 - Actualités

04/01/2018

Que se passe-t-il en Formule 1 hors saison ? Quoi de neuf ? Voilà quelques informations à picorer pour être au fait de votre sport préféré.

 

De nouvelles marques ...

 

De toutes sortes ! Avez-vous vu le nouveau logo de la Formule 1 ? Il a été présenté à la fin de la saison 2017. Voyez ci-dessous: il représente deux bolides franchissant une ligne d'arrivée. C'est un changement radical, comparé à l'ancienne version sur laquelle apparaissait un ''1'' entre le F noir et une bande rouge. ... peut-être ne l'aviez vous jamais remarqué ! Liberty Media, qui gère les droits de la F1, a décidé de le moderniser, afin notamment d'obtenir une meilleure visibilité sur les réseaux.

 

 

Les monoplaces auront elles aussi de nouvelles marques ... sur la piste. Pirelli, seul fournisseur de gommes en F1, a décidé de revoir toute sa gamme. Ses produits changent, allant vers des pneus plus tendres. L'ultra-tendre devient le super-tendre, le super-tendre devient le tendre, etc. Une nouvelle gomme hyper-tendre aux flancs roses sera également de la partie.

 

Les marques, ce sont aussi des acteurs mondiaux. Alfa Romeo arrive en 2018 et devient le principal sponsor de l'écurie suisse Sauber. Elle devient donc Alfa Romeo Sauber F1 Team, toujours dirigée par Frédéric Vasseur. Charles Leclerc et Marcus Ericsson seront au volant de la nouvelle monoplace blanche et rouge. Le groupe bancaire espagnol, Santander, très impliqué dans la F1, quitte quant à lui le sponsoring conclu avec Ferrari pendant 8 saisons, pour se diriger vers la Ligue des Champions.

 

... et des conflits propres à la F1

 

Nous ne sommes pas proches du scandale Harvey Weinstein, mais la cause féminine en F1 est mise en avant. Et c'est assez rare pour le souligner. Est-ce-que les ''grid girls'', les top models présentes sur les grilles, portant parapluies et pancartes, devraient disparaître ? C'est la question que se posent les dirigeants de la FIA, Ross Brawn et Chase Carey. Tradition à conserver, ou habitude à effacer? Le GP de Monaco avait déjà, en 2015, travaillé sur le sujet: les ''femmes-objets'' avaient été remplacées par des hommes. Une autre question serait aussi de repenser la place de la femme pilote en F1. Ce ne sera pas pour 2018.

 

Jordà Carmen, elle, est une ex-pilote espagnole de GP3. Et elle suscite la polémique . Alors qu'elle a été nommée par le Conseil mondial du sport automobile en décembre au sein de la Commission des femmes en sport automobile de la FIA, certains et certaines ont tenu à rappeler qu'elle était très favorable à la création d'un championnat de Formule 1 séparé pour les femmes. Une honte pour D2BD, Dare to be Different (Ose être différente): l'association fondée il y a deux ans par Susie Wolff, ancienne pilote d'essais Williams, a pour objectif de faire découvrir les sports mécaniques aux femmes. Une division dont on peut fortement s'étonner.

 

 

Ce dont on ne s'étonne qe peu, ce sont les conflits financiers. D'après un article du Monde du 29 décembre, des juges britanniques et français ont été saisis afin d'enquêter sur un possible conflit d'intérêts dans la vente des droits de la F1. L'équivalent britannique du Parquet national financier a affirmé étudié "de très près" cette affaire de dollars. En cause: un contrat de 2013 qui visait à redéfinir les relations entre la FOM - entreprise qui gère la F1 - et la FIA, qui avait besoin d'argent. Le rachat par Liberty Media début 2017 est également mêlé à cette histoire ... Pour les détails, rendez-vous ici.

 

Pour terminer, je vous propose deux contenus intéressants. Motorsport.com teste, au travers d'un quiz, votre culture des circuits de Formule 1. L'équipe de F1i à elle enquêter pour savoir combien de temps est nécessaire pour construire une monoplace.

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now