Sepang - Les Red Bull dominent, Ferrari tangue

01/10/2017

Max Verstappen remporte le deuxième Grand Prix de sa carrière à l'issue de la 15e manche du championnat du monde en Malaisie. Lewis Hamilton rallonge son avance sur Sebastian Vettel, 4e, dont l'écurie enchaîne les déboires. Le circuit de Sepang, pour sa 19e et dernière apparition officielle en Formule 1, a offert du beau spectacle.

 

Les Rouges font le grand écart

 

Un nouveau Français prend position dans un baquet de Formule 1. Il s'agit de Pierre Gasly, 21 ans, qui remplace Daniil Kvyat, le pilote russe étant décevant cette saison. Le rookie parvient à faire un meilleur chrono que les Haas et les Sauber, prenant la 15e place.

 

Mais le pus surprenant de ces qualifs, ce sont les problèmes techniques de S. Vettel qui ne peut pas prendre la piste. Coup dur pour les Rouges après le crash à Singapour. L'Allemand partira dernier, alors que son coéquipier se hisse au premier rang. Devant lui, Lewis Hamilton inscrit en Asie sa 70e pole position.

 

Les suivent M. Verstappen et Daniel Ricciardo, Valtteri Bottas et Esteban Ocon. Stoffel Vandoorne confirme ses bonnes performances avec une 7e place au départ, devant Nico Hülkenberg, Sergio Pérez et l'autre McLaren de Fernando Alonso.

 

Verstappen in, Räikkönen out

 

A l'installation sur la grille, Kimi Räikkönen ne parvient pas à faire démarrer son bolide. Les ingénieurs s'affairent sur la voiture, en vain. Le Finlandais ne prend pas part à cette course, dont la configuration aurait permis au pilote d'inscrire un podium - ou pourquoi pas une victoire. C'est donc à S. Vettel de faire le job.

 

Départ et batailles dès le premier virage en S. Touchette sérieuse entre E. Ocon et la Williams de Felipe Massa. Le Français subit une crevaison et passe au box. V. Bottas prend lui deux positions. Kevin Magnussen passe de la 17e place à la 10e en deux tours. Stoffel Vandoorne est 5e.

 

Au 4e tour, M. Verstappen vient, de manière inattendue, attaquer la monoplace de L. Hamilton. Un freinage, un passage, deux virages, et le voilà en tête de la course (VIDEO). Une manœuvre simple, et efficace, qui emmène déjà celui qui a célébré ses 20 ans ce week-end, vers la victoire. 

 

Au 6e passage, S. Vettel est déjà de retour dans le top 11, à 16 secondes du leader du championnat. Les différents scénarios et stratégies gommes sont déjà réfléchis par les ingénieurs. Le premier à effectuer un changement - après E. Ocon - est Nico Hülkenberg. Au même moment, D. Ricciardo mène bataille sur V. Bottas, qu'il dépasse sans problème. L'Australien est 3e.

 

Le controversé Kevin Magnussen

 

S. Vettel a le champ libre: chaque pilote sur lequel il revient décide de passer au stand. Au tour 19, il est déjà 6e. Alors que les Williams se battent, à la limite du contact, Esteban Ocon est victime une nouvelle fois d'un contact. L'autre duettiste est Carlos Sainz, qui touche la Force India dans le virage 1 (VIDEO). L'Espagnol abandonnera au tour 30. Le Français peut, lui, repartir, mais perd beaucoup de temps.

 

Les leaders se suivent aux puits. L. Hamilton change ses pneumatiques au 26e tour, suivi par M. Verstappen et S. Vettel le tour suivant. Le perdant de l'affaire est V. Bottas, qui voit l'Allemand de Ferrari passer devant lui, à la faveur des arrêts. D. Ricciardo les imite. Sa Red Bull s'endommage quelques minutes plus tard: un morceau de carbone traîne en-dessous de la monoplace, lui faisant perdre de l'appui aérodynamique.

 

Au tour 32, la conduite, critiquée par les autres pilotes, de la Haas de Kevin Magnussen fait son apparition. A l'approche de F. Alonso, le Danois change à plusieurs reprises de trajectoire (alors qu'un seul changement est autorisé). Ils finissent par se toucher légèrement, ce qui ne manque pas à l'Espagnol d'exprimer son ressentiment aux ingénieurs: ''What an idiot!''

 

Jolyon Palmer et sa Renault en feront les frais quelques tours plus tard. Ils se touchent, la monoplace jaune part en tête à queue. Mais cette fois, la responsabilité ne s'abat pas entièrement sur K. Magnussen. Les commissaires ne prendront d'ailleurs aucune décision.

 

M. Verstappen voit l'arrivée, Lance Stroll ne voit pas S. Vettel

 

Le classement se fige autour du 40e passage. Le Néerlandais est devant, suivi par L. Hamilton et D. Ricciardo. Ce dernier est menacé par S. Vettel qui établit un nouveau record de piste (établi il y a plus de dix ans par Juan Pablo Montoya.) La seule attaque que l'Allemand pourra mener a lieu au tour 49. Pas assez proche, il renonce et assure l'arrivée du Grand Prix.

 

Une arrivée plus qu'étonnante. Alors que M. Verstappen franchit la ligne au bout d'1h30 et une seconde, et que les autres le suivent, les images de la FIA nous dévoile une Ferrari amputée de sa roue arrière-gauche. Que s'est-il passé après le passage du drapeau à damier pour S. Vettel?

 

La réponse est simple. Lance Stroll, qui a fini 8e, n'aurait pas vu la monoplace rouge arriver dans son rétroviseur lors du tour d'honneur. Il semble que le Canadien ait gardé une trajectoire en ligne droite au moment où S. Vettel l'a dépassé. Cette fameuse roue termine sa course au-dessus de la Ferrari (VIDEO). L'Allemand, maudit avant et après la course - alors qu'il est promu au même moment par les fans comme étant le ''Driver of the day'' - sera raccompagné par la Sauber-taxi de Pascal Wehrlein.

 

 

Une page se tourne dans la Formule 1. Sous les yeux de son père Jos Verstappen, qui a concouru ici, M. Verstappen profite de sa victoire. Il sera le dernier vainqueur, et le plus jeune, à avoir inscrit son nom au palmarès des vainqueurs du Grand Prix de Malaisie (un GP marqué aussi par l'affaire de la plaque d'égoût, voir pourquoi). C'est ici, d'ailleurs, qu'il avait marqué ses premiers points pour Toro Rosso en 2015. Il n'a plus qu'à réitérer l'exploit dès le week-end prochain, sur les terres mythiques du Japon.

 

CLASSEMENT COURSE: M. Verstappen, L. Hamilton, D. Ricciardo, S. Vettel, V. Bottas, S. Pérez, S. Vandoorne, L. Stroll, F. Massa, E. Ocon

 

TOP: Max Verstappen

FLOP: Kimi Räikkönen

HISTOIRE: Etait célébré ce week-end les 20 ans du titre de Jacques Villeneuve. Retour en 1997 (VIDEO).

 

 

Crédits photo: motorsport.com/LAT IMAGES - Canal +

 

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now