Budapest - Ferrari et Bottas apprécient le geste

30/07/2017

Pour son 50e Grand Prix avec Ferrari, Sebastian Vettel décroche en Hongrie sa quatrième victoire de la saison. Les 5 premiers en qualif sont restés les mêmes à l'arrivée. Mention spéciale pour Fernando Alonso qui termine 6e avec le meilleur temps en course.

 

Quelques pilotes sortent du lot

 

En qualifications, les pilotes mesurent les performances de leur monoplace. En Q1, Paul di Resta, - ex-pilote F1 en 2013 et remplaçant de Felipe Massa - a eu la lourde charge d'emmener au mieux sa Williams sur la piste. Le Britannique, qui n'a pas eu le temps de tester la voiture auparavant, est parvenu à décrocher la 19e place, s'intercalant entre les Sauber de Pascal Wehrlein et Marcus Ericsson.

 

En Q2, les Haas et les étonnantes Force India sont éliminées - la meilleure performance étant pour Esteban Ocon 12e. Le Français gagne une place suite à la pénalité de 5 places infligée à la Renault de Nico Hülkenberg pour changement de boîte de vitesses.

 

S. Vettel engrange lui sa 2e pole de la saison, juste devant Kimi Räikkönen. Les Mercedes suivent, Lewis Hamilton derrière Valtteri Bottas. Derrière les Red Bull, les McLaren brillent une seconde fois consécutive en 7e et 8e position. Carlos Sainz (Toro Rosso) et surtout Jolyon Palmer (Renault) complètent le top 10.

 

Friction chez Red Bull

 

Le départ est bon pour l'ensemble des pilotes. Jusqu'au 2e virage. Max Verstappen bloque un peu trop les freins et vient percuter légèrement la monoplace de son coéquipier. Daniel Ricciardo ne peut retenir sa monoplace endommagée sur quelques mètres et finit par glisser sur la piste (VIDEO). Cette élimination est éclair, dommage, et la voiture de sécurité s'engage, pour rendre la piste 6 tours plus tard.

 

Dans ce remue-ménage, Lewis Hamilton a peiné et perdu une place, C. Sainz et F. Alonso s'engageant à sa poursuite. Sergio Pérez et sa monoplace rose ont gagné 5 places, tandis que son coéquipier E. Ocon est 10e.

 

Alors que les Mercedes rencontrent des problèmes de communication radio, les Renault s'entendent au 19e tour pour faire passer Nico Hülkenberg devant Jolyon Palmer, l'Allemand étant plus rapide et performant. Juste après, les arrêts au stand commencent. Romain Grosjean s'arrête, chausse de nouvelles gommes, mais part avant qu'un mécanicien ne fixe totalement l'arrière-gauche. Il ne peut boucler le tour et rejoint son team à pied.

 

Pénalité et erreurs

 

Pour son contact avec Daniel Ricciardo, Max Verstappen écope dans les premiers tours d'une pénalité de dix secondes. Il l'effectue tardivement, durant son arrêt, au 42e tour, repartant 5e, soit sa position de départ. L'ensemble des concurrents ont effectué leurs arrêts quelques boucles avant. Ce fut un loupé pour Stoffel Vandoorne et N. Hülkenberg, qui ont perdu un peu de temps.

 

F. Alonso et C. Sainz se sont longuement disputé longuement durant l'épreuve. Le vétéran, qui fêtait son anniversaire ce week-end, est venu à bout de l'autre Espagnol au tour 37 pour le gain de la 9e place.

 

Une fois les pilotes remis dans le bon ordre, le classement s'établit ainsi: Vettel, Räikkönen, Bottas, Hamilton, Alonso, Sainz, Pérez, Ocon, Vandoorne. 45e passage, la radio Mercedes est réparée. Un tour après, la stratégie de l'équipe change et Toto Wolff laisse l'opportunité à L. Hamilton de passer V. Bottas pour chasser les Ferrari.

 

" Tu as 5 tours "

 

La Mercedes revient au fur et à mesure sur les Ferrari, mais rarement à moins d'une seconde. Ce faible écart contraint à Iceman et au second au championnat pilotes à être finalement ralenti par les vibrations et empêché d'effectuer un dépassement. Et la pression s'accentue dans ce dernier quart de course lorsqu'on annonce à deux reprises à L. Hamilton qu'il n'a que quelques tours pour remplir sa mission. Sinon, il devra rendre sa place à son coéquipier.

 

La Haas de Magnussen et la Renault de Nico Hülkenberg se disputent hors top 10, et même un peu trop. Les jeunes pilotes s'expliqueront brièvement de manière agressive après la course durant les interviews (VIDEO en bas de l'article). L'Allemand finit par abandonner en fin de course, tout comme Paul di Resta qui aura quand même couvert 60 des 70 tours.

 

S. Vettel franchit finalement la ligne d'arrivée sans avoir eu la moindre inquiétude, L. Hamilton n'ayant pas conclu son objectif. L'entente fut de mise chez Mercedes, l'Anglais laissant filer V. Bottas devant lui dans le dernier virage pour monter sur le podium, alors que lui-même était poursuivi par M. Verstappen.

 

Dans les derniers tours, F. Alonso carbure, termine 6e, et effectue le meilleur temps de l'histoire du circuit. Son coéquipier S. Vandoorne inscrit son premier point en ralliant l'arrivée 10e. Les Force India limitent la casse et inscrivent 6 points, conservant la 4e place du championnat constructeur.

 

C'est la trêve estivale. Temps pour les pilotes de prendre la pose (pause) comme le montre si bien Fernando Alonso. Nous les retrouverons, comme d'habitude, à Spa Francorchamps fin août.

 

TOP: Fernando Alonso

FLOP: Nico Hülkenberg

HISTOIRE: Historique plutôt. Se terminer ce dimanche soir à Montréal la 3e saison de Formule E. Lucas di Grassi inscrit son nom au palmarès des champions, après un week-end désastreux pour Sébastien Buemi, qui se console toutefois avec le titre constructeurs pour son écurie Renault e. Dams. Et une victoire française avec Jean-Eric Vergne! (VIDEO).

 

Pour cause de déménagement (près du Castellet!), le Grand Prix de Belgique sera résumé par un choix de vidéos et photos postées sur les réseaux sociaux par les fans et les pilotes.

 

 

Crédits photo: motorsport.fr/Lat Images

 

 

 

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now