A Singapour, Rosberg domine à son tour

18/09/2016

L'Allemand a déjoué les pronostics: le circuit de la Marina Bay avait toujours vu un vainqueur champion du monde au bout de ce Grand Prix. Il remporte après sa 29e pole, sa 200e course, et prend la tête du championnat: week-end parfait.

 

Vendredi, avant même les qualifications, c'était l'occasion de rencontrer le nouveau président du groupe Formula One - qui gère les compétitions de Formule 1 - Chase Carey. L'homme à la moustache devient le n°2, bras-droit de Bernie Ecclestone, qui pense, lui, à sa retraite. La F1 va peut-être enfin changer de chef.

 

Côté essais libres et qualifications, quelques pilotes ont connu des déboires. Rosberg et Grosjean ont endommagé leurs voitures, Hamilton a rencontré des difficultés, puis Pérez et Vettel sont partis plus loin que prévus. En plus du lézard qu'a croisé Verstappen sur la piste (ce n'est pas une blague!), les deux premiers jours ont été très animés.

 

Mercedes et Red Bull se partagent les 4 premières places, Raïkkönen se place derrière, les 2 Toro Rosso qui font, enfin, de bons chronos. Hülkenberg, Alonso et Bottas complètent le top 10. Vettel part bon dernier. 

 

Départ, à 20h00, sous les spots de Singapour, et déjà des premiers incidents. Grosjean ne part pas, même de la pit-lane, Hülkenberg veut s'immiscer mais tape dans le mur de la ligne de départ à cause d'une touchette avec Sainz (VIDEO), puis Bottas et Button doivent repasser par les stands pour réparer les dégâts. Le drapeau jaune est brandi. Point alors sur les premiers changements de position: Räikkönen se lace 4e, Alonso 5e, et Magnussen est dans le top 10 avec sa Renault.

 

La course reprend, mais Kvyat est menacé d'un drapeau noir au cercle orange, le contraignant à repasser au stand pour réparer sa monoplace. Vettel reprend des positions, assez simplement, et E. Ocon est pénalisé de 5 secondes pour avoir dépassé sous safety car. 

 

Premiers passages au box, les positions se mêlent, et les premières tentatives de dépassements sont à l'oeuvre. Verstappen et Kvyat se battent au tour 18, sans dégât, et le Russe conserve sa 8e place. Hamilton aurait déjà des problèmes au niveau du freinage, ce qui ne tarde pas à devenir une menace pour lui. 3e, il est dépassé au 33e tour par la Ferrari de Räikkönen, assez inédit pour le mentionner. Devant, Rosberg et Ricciardo mènent course tranquille.

 

La course est longue à Singapour, les 2 heures autorisées sont presque atteintes au dernier tour, et les pilotes se fatiguent davantage que sur les autres épreuves. Pourtant, les erreurs sont minimes, et les abandons ne foisonnent pas. Malgré tout, Bottas renonce, ainsi que Button quelques tours plus tard. Leurs coéquipiers respectifs se maintiennent, pour le moment, dans le top 10.

 

Fin de course, les yeux sont rivés sur les deux duels qui pourraient animer la fin de course: un retour possible de Räikkönen sur Hamilton, qui avait perdu sa 3e place au jeu des arrêts, et des performances étonnantes tour par tour de Ricciardo qui aperçoit la Mercedes de Rosberg à un seul virage devant. Malheureusement, cela ne sera pas suffisant, et Rosberg passe devant le drapeau à damiers au bout de 1h55min de course. Eprouvant.

 

Le classement est le suivant: Rosberg, Ricciardo, Hamilton, Räikkönen, Vettel (nommé pilote du jour), Verstappen, Alonso, Pérez, Kvyat et Magnussen qui inscrit un point de plus pour Renault. Gutiérrez est une fois de plus bloqué à la 11e place à l'arrivée, ce qui met à mal l'écurie Haas qui ne retrouve pas ses performances de début de saison.

 

Ricciardo confirme sa 3e place au championnat du monde. Force India est 4e au classement constructeur, un petit point devant Williams: le combat fait rage, mais rarement sur la piste cette année. Ils se retrouveront pour donner le meilleur d'eux-mêmes en Malaisie, Grand Prix inhabituellement situé en fin de saison, dans deux semaines. La pluie y ferait-elle son apparition?

 

MOMENT FORT: le crash d'Hülkenberg

TOP/FLOP: Vettel/ Gutiérrez

HISTOIRE: Pour le 800e GP de F1, et la première édition de SIngapour, un scandale a éclaté chez Renault. Le responsable se nomme N. Piquet Jr (VIDEO)

 

Crédit photo: fr.motorsport.com

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now